Diabiète gestationnel: j'ai refusé d'effectuer le test et... J'ai eu raison.

Prescrire des analyses sous prétexte que le patient entre dans certaines "cases", je ne suis pas d'accord.

Celle, l'unique, dans laquelle j'entrais selon ma gynécologue, était mon âge. J'avais tout juste 37 ans lors de ma grossesse, alors il fallait absolument que j'effectue le test HGPO (Hyperglycémie Provoquée Par Voie Orale). 

De mon côté, il n'en était pas question!

Non, avoir 37 ans ne faisait pas de moi une "personne à risque".

Mon corps, je le connais mieux que personne: 

  • Je n'ai jamais été en surpoids (un IMC>25 est facteur de risque, le mien est à 18,5...)
  • En prenant un petit-déjeuner tôt le matin, j'ai rapidement un "coup de pompe" dans la matinée, ce qui me contraint à manger sucré
  • Le sucre... De façon générale, je n'aime pas ça et si j'en ingère une trop grosse quantité, je ne me sens pas bien.

Ingurgiter près de 80g de sucre (l'équivalent de dix carrés), à jeun, et prendre le risque que mon enfant en subisse les conséquences, hors de question!

J'ai refusé catégoriquement d'effectuer le test de dépistage du diabète gestationnel.

À 28 semaines de grossesse, je n'avais pas effectué ce fameux test de dépistage de diabète gestationnel et ma gynécologue était... furieuse! 

Non seulement elle était furieuse que je persiste dans mon refus, mais elle a tout mis en oeuvre pour que je culpabilise. 
Comment une maman digne de ce nom peut mettre en danger la vie de son bébé sachant qu'elle est une "personne à risque"?

J'ai maintenu mon refus, elle m'a fait une proposition.

Le compromis consistait à ce que j'effectue une prise de sang à jeun, que je retourne à mon domicile afin de pendre un petit déjeuner particulièrement sucré (le genre à m'enfiler le pot de confiture en entier) puis me rendre à nouveau au laboratoire pour une seconde analyse de sang afin de contrôler mon taux de glycémie: ce qu'on appelle le taux de glycémie post-prandiale.


J'ai joué le jeu, je me suis empiffrée plus que jamais et j'ai subi ces deux analyses saguines. 

J'ai reçu les résultats dans la journée:

  • Taux de glycémie à jeun: 0,76 g/l
  • Taux de glycémie 1h après avoir mangé sucré: 0,72 g/l (sachant que le taux le plus bas recommandé par le labo était de 0,74 g/l)

 J'ai refusé d'effectuer le test HGPO et... J'ai eu raison.

J'ai une tendance hypoglycémique. Dans ce cas, il est fortement déconseillé de consommer de grosses quantités de sucre. 

Lorsque je mange sucré, mon pancréas réagit en sécrétant de l'insuline de façon importante, ce qui provoque une chute du taux de glycémie.

Effectuer le test de dépistage du diabète gestationnel prescrit par ma gynécologue, aurait été dangereux pour moi autant que pour mon bébé.


Je connais mon corps et la façon dont il fonctionne.

Je me suis fait confiance et j'invite les futures mamans qui seraient dans ma situation, à en faire de même.

Le corps médical a tendance à mettre les patients dans des cases. 

Vous êtes bien plus que celà. Vous êtes une future maman dont l'organisme possède son propre mode de fonctionnement. 

Vous portez la vie, ce qui est dangereux pour vous l'est aussi pour votre enfant.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Césarienne: quelle cicatrice?

Que mettre dans la valise de maternité?

Les pires remarques que j'ai entendues durant ma grossesse

J'ai frôlé la mort après mon accouchement

Je n'ai pas aimé être enceinte

La DPA ou Date Prévue d'Accouchement est-elle fiable?

Contraception, âge et fertlité : des idées reçues

Taux Béta HCG: Comment l'interpréter?

Les "fausses" contractions ou contractions de Braxton Hicks

Acheter des vêtements bébé durant la période de confinement. Pour ou contre?