Je n'ai pas aimé être enceinte



Peu importe qu'on pense que je suis anormale, bizarre ou même qu'on puisse remettre en cause mes qualités en tant que maman (d'ailleurs, je ne vois pas où est le rapport), j'assume parfaitement ce que j'ai ressenti et j'ose dire:

NON, JE N'AI PAS AIMÉ ÊTRE ENCEINTE

J'ai désiré mon enfant, j'ai désiré cette grossesse (forcément, je ne m'attendais pas à ce qu'une cigogne me livre un bébé), mais je n'ai pas vécu ces neuf mois dans la béatitude.

Le "petit envahisseur" a pris possession de mon corps

Avant même d'avoir confirmation de ma grossesse, je savais que quelque chose en moi était différent. Je ne peux pas dire que c'était psychologique parce que je ne m'attendais pas à vivre une grossesse si rapidement après l'arrêt de ma contraception (ici, mon article "Contraception, âge et fertilité: des idées reçues")

À peine un mois de grossesse et j'alternais les moments de "super forme" et les moments de grosse fatigue en une même journée. 
À l'époque, je travaillais à mi-temps. Et à la maison comme au travail, je passais de la Wonderwoman prête à tout déchirer, au spaghetti trop cuit collé au fond de la casserole.
Mais ce qui a été le plus révélateur de ce grand changement corporel, c'est la pesanteur qui ne m'a pas quittée durant ces neuf mois. Celle dans ma poitrine, bien évidemment!
Je relativise. Ca m'aura permis une fois dans ma vie de ressentir ce que c'est d'avoir une poitrine "généreuse" et d'affirmer que je m'en passerai volontiers.

Être enceinte, c'est accepter que plus le temps passe et plus "le petit envahisseur" prend possession des lieux

Ce petit être mesure à peine plus qu'un haricot que déjà, votre corps s'en trouve totalement chamboulé. 
Très tôt, j'ai perdu mon souffle. Quand j'arrivais en haut d'un escalier, on aurait pu penser que je venais de courir plusieurs kilomètres. 
La natation, c'est le sport soi-disant idéal quand on est enceinte. Oui, sauf qu'après avoir effectué une longueur, je restais cramponnée au bord de la piscine pour reprendre ma respiration tellement je n'en pouvais plus.
Je ne suis pas d'un naturel sportif, j'avoue, mais là, c'était pire que tout!

N'oublions pas la fameuse crise d'acné!

Grâce à la grossesse, j'ai eu le grand "bonheur" de revivre mon adolescence... En pire. Non seulement, j'avais des boutons sur le visage, mais également dans le dos. Inutile de chercher le remède miracle sur le net, il n'y en pas! 
Durant le premier trimestre, les hormones sont en ébullition, c'est une perte de temps et d'énergie de tenter de lutter.

Être enceinte, c'est manger compulsivement 

Et pas uniquement ses aliments préférés!
Quand je pense à ce que j'ai pu engloutir comme sucreries durant ma grossesse, j'ai peine à croire que c'était bien réel.
À savoir qu'en temps normal, je n'aime pas du tout ça.
Des gaufres au sucre... J'en ai mangé des kilos!

Être enceinte, c'est passer son temps au laboratoire d'analyses médicales

Entre les prises de sang et analyses d'urines mensuelles (toxoplasmose, glycémie, infections urinaires), et celles de dépistage ponctuel (hépatites, syphilis, VIH, rougeole, trisomie, diabète, streptocoque), autant dire que les visites au laboratoire sont nombreuses.
Sans oublier les rendez-vous avec le gynécologue, la sage-femme et l'anesthésiste. 

Être enceinte, c'est subir les récits anecdotiques 

Quand c'est votre première grossesse, celles qui ont vécu cette expérience avant vous se font une joie de vous la décrire en long, en large et en travers. Et ça, c'est vraiment insupportable!
"Le pire, c'est l'été, tu verras, tu auras des jambes comme des poteaux"
"Moi, pour mon premier, j'ai souffert pendant plus de dix heures avant d'accoucher"
"Une grossesse, ça se vit au jour le jour. Aujourd'hui, tu te sens bien, mais demain...".

Être enceinte, c'est se sentir constamment jugée

Vous n'êtes pas certaine de vouloir allaiter votre futur enfant? Vous êtes une mauvaise mère. Une vraie maman n'envisage pas de nourrir son bébé avec des biberons.
Vous préparez la chambre de votre futur enfant? Vous êtes une mauvaise mère. Une vraie maman n'envisage pas de laisser dormir son enfant, seul dans une chambre.
Vous buvez une bière sans alcool en pleine été? Vous êtes une mauvaise mère. Une vraie maman boirait un jus d'orange pressé, plein de vitamines.
Vous acceptez une demi-flûte de champagne lors d'un anniversaire? Vous êtes une mauvaise mère et une alcoolique. Une vraie maman refuserait poliment et trinquerait avec un verre d'eau.
Vous envisagez d'accoucher sans péridurale? Vous n'êtes pas une mauvaise mère. Non, vous êtes juste une emmerdeuse qui joue les dures (ça, c'est l'opinion des médecins). Pour les mamans expérimentées, vous êtes une prétentieuse qui changera rapidement d'avis le jour J.
Vous ne souhaitez pas divulguer le sexe de votre futur enfant à votre entourage? Vous n'êtes pas une mauvaise mère. Quoique... A cause de vous, ce petit être ne pourra recevoir aucun cadeau avant sa naissance. C'est bien connu, on achète du bleu pour un garçon et du rose pour une fille. 
Vous avez l'intention de garder le secret concernant le prénom de votre futur enfant? Non, vous n'êtes pas une mauvaise mère. Non, vous êtes juste une égoïste qui ne prend pas la peine d'organiser un vote de famille pour que chacun ait son mot à dire.
(et avec vos goûts de chiotte, ce futur bébé a du souci à se faire!)
Vous portez un maillot de bain deux pièces sur la plage, à six mois de grossesse? Vous êtes probablement une mauvaise mère. C'est indécent. Une vraie maman n'afficherait pas ses rondeurs de la sorte. 

Être enceinte, c'est vivre les trois derniers mois de grossesse dans l'appréhension

Vivre une grossesse jusqu'à son terme, ça n'arrive jamais. On vous le répète si souvent que vous finissez par le croire, à tort. J'ai moi-même dépassé ma Date Prévu d'Accouchement.
Dès le septième mois, l'entourage est sur le qui-vive. Une fois de plus, vous avez droit aux récits anecdotiques d'innombrables femmes qui ont accouché prématurément. 
Vous êtes en pleine forme? Qu'importe! L'épouse du voisin de Fernande, la belle-soeur de Tonton Henri, était au mieux de sa forme elle aussi. Mais ça lui a pris au beau milieu de la nuit, elle a ressenti des contractions et a accouché à sept mois et demi de grossesse. 
Tout ça pour vous rappeler qu'il vaut mieux vous tenir sur vos gardes et éviter de vivre votre dernier trimestre en toute quiétude.

Vous avez bien compris la leçon. Vous êtes sur les starting-blocks dès votre septième mois. La valise de maternité est bouclée, la chambre de bébé n'attend plus que lui. 
Chaque jour, vous vous levez en pensant que peut-être le grand jour est arrivé. Chaque soir, vous vous couchez en espérant que vous n'aurez pas soudainement de contractions la nuit.
Et les jours passent...
Plus vous approchez de votre Date Prévue d'Accouchement, plus votre entourage s'impatiente et plus votre appréhension grandit. 
Vous en venez même à vous demander si vous êtes normalement constituée (on vous a tellement répété qu'une femme qui l'est, accouche avant son terme...)


Être enceinte, c'est se poser des centaines de questions stupides

Et si je n'étais pas capable de mener cette grossesse à terme?
Et si mon bébé avait des soucis de santé? (entre les récits anecdotiques et le test de dépistage de la trisomie, on finit par douter...)
Et si je n'avais pas la fibre maternelle?
Et si mon bébé était moche? (l'échographie 3D en fin de grossesse, ça n'aide pas... Je déconseille vivement!)
Et si je regrettais "ma vie d'avant" après la naissance?
Et si j'étais une mère complètement nulle?
Et si je perdais la vie en accouchant? (je me suis posé cette question quelques jours avant la naissance de ma fille et je le regrette vraiment.)

Ce sont des questions stupides, certes. Mais attendre son premier enfant, c'est effectuer un saut vers l'inconnu et on finit à un moment ou un autre par se remettre en question et douter.

Être enceinte, c'est regarder les kilos s'afficher sur la balance

En toute impuissance.
Prendre du poids pendant une grossesse, ça parait normal. Ce qui l'est moins c'est quand on vous dit que vous ne les perdrez jamais et que dans le meilleur des cas, vous parviendrez à retrouver une silhouette digne de ce nom d'ici quelques années.
Toutes ces femmes sont expérimentées, forcément elles ont raison.
Les semaines et les mois passent, vous cumulez les kilos et vous regardez avec nostalgie votre dressing. 
Ce jean slim ou cette petite robe cintrée que vous aimiez tant... Vous pouvez probablement leur dire adieu.

Être enceinte...

Ce n'est pas une partie de plaisir. 
J'ai vécu ma grossesse comme une parenthèse, un passage obligé entre le moment où j'ai désiré mon enfant et celui où il est venu au monde.

Un grand merci pour vos commentaires et messages privés suite à la publication de cet article.
Je me doutais que je n'étais pas la seule à avoir mal vécu ma grossesse mais j'ignorais que tant de femmes taisaient leur souffrance par culpabilité, par peur d'être jugées.
Je suis heureuse d'avoir apporté un peu de réconfort à certaines d'entre vous.

Ici, les commentaire de l'article sur Paroles de mamans.

Commentaires

  1. Merci beaucoup. Ça fait un bien fou de lire ça. 😊

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à vous d'avoir pris le temps de laisser un commentaire. Ravie que cet article vous ait apporté du réconfort.

      Supprimer

Publier un commentaire

Une remarque, une question ?
N'hésitez-pas à commenter.

Posts les plus consultés de ce blog

Que mettre dans la valise de maternité?

Les pires remarques que j'ai entendues durant ma grossesse

Césarienne: quelle cicatrice?

J'ai frôlé la mort après mon accouchement